Notre projet :

LA FERME des Têtes de Mules, “C’EST” une histoire de famille, l'histoire de deux familles plus précisément.

Nous avions le projet de monter une micro-ferme, vivre de la terre, s'enraciner... Nous avons lancé un appel sur les réseaux sociaux : nous sommes à la recherche d'une ferme, qui peut nous aider à en trouver une ? Quelques heures plus tard, une famille, propriétaire d'une ancienne ferme templière en Bretagne, répondait à notre appel et nous proposait de nous installer dans cette maison afin d'en faire un lieu de vie. Ils étaient enchantés par notre projet en permaculture où se mèle maraîchage, verger, animaux en tout genre...


Concrètement, nous voulons avant tout nous insérer dans un lieu, un territoire, une histoire. Notre désir est de cultiver la terre avec un maximum d'outils à main, de tenir compte des avancées de la recherche agronomique et d'avoir comme dessein une agriculture respectueuse des sols, des paysages, des fruits de la terre et des hommes. Ainsi nous refusons une agriculture technique, machiniste, qui a pour conséquences d'appauvrir la terre, de standariser les cultures, de multiplier les traitements qui multiplient les traitements, qui multiplient les traitements, etc, etc. Ainsi, nous choisissons une agriculture clairement biologique s'orientant, entre autres choses, vers le perfectionnement de la rotation des cultures, du compostage, et vers une culture de variétés locales qui accroît l'originalité et la diversité des produits.
"Une écologie à la fois humaine et naturelle, temporelle et spirituelle" (Falk Van Gaver).



Notre ferme, dont le nom "Les Têtes de Mules" est volontairement provocateur, s'inscrit dans une démarche totale, qui prend en compte tous les aspects de la vie, en somme une écologie intégrale, une écologie qui se veut complète, "une écologie à la fois humaine et naturelle, temporelle et spirituelle" (Falk Van Gaver).

  • Notre priorité : un souci constant de la nature et de l'homme plus que du rendement. Pour reprendre une parole du Pape Emérite Benoit XVI : les devoirs que nous avons vis-à-vis de l'environnement sont liés aux devoirs que nous avons envers la personne considérée en elle-même et dans sa relation avec les autres.
  • Nos principaux outils de travail : ceux qui nous lient à la terre, non pas les machines, qui nous en séparent. 
  • Notre principale source d'énergie : celle que nous voudrons bien dépenser (notre sueur !) au travers de nos efforts et de ceux de nos animaux lors des travaux aux champs. 
  • Notre objectif à long terme : l'auto-suffisance alimentaire et "[faire] une agriculture tout court, qui rende aux Français la joie quotidienne de casser la croûte en jetant un coup d'oeil sur la France". (Charbonneau)
  • Notre espoir : participer à l'oeuvre de la Création en faisant chaque jour du nouveau tout en conservant la nature et les sols, la qualité et la diversité des nourritures. 

Si vous souhaitez nous donner un coup de main pour la réalisation de ce projet, alors cliquez sur le lien suivant : je soutiens la Ferme des Têtes de Mules



Commentaires

Articles les plus consultés