Atelier dimanche : Bouture de Laurier-rose.


Sur les rythmes d'Eschyle et Sophocle je pose,
Pour honorer les chants d'immortelles douleurs,
Le feuillage élégant, qui s'empourpre de fleurs,
D'un jeune arbuste : un pur et vivant laurier-rose [...]

Lucie-Félix Faure, le laurier-rose



Par un après-midi de dimanche, maussade, où le gris des pensées rejoint celui du ciel, quoi de mieux me direz vous, qu'un atelier culture : la bouture du laurier-rose.

Et quoique je me répète : avez-vous su garder cette candeur enfantine qui vous permettra de plonger dans la poésie du récit qui suit ? 😊



 

Dans le cas présent, ce sera plutôt : comment repiquez des boutures de laurier-rose ? En effet, les racines ont déjà apparu puisque il y a un peu plus d'un mois, nous avions plongé dans un bocal rempli d'eau le haut de tige de laurier-rose.


Dès l'apparition des premières racines, alors qu'elles mesurent quelques deux à trois centimètres, il faut rapidement les repiquer dans un pot, rempli de terre. 


 Après avoir creusé un trou de 2 centimètres de profondeur, il convient, en ayant pris soin d'avoir ameubli la terre (un peu de sable + terre de jardin), de déposer  la bouture à la place qui lui est fixée, et de recouvrir les racines délicatement. Il faut arroser abondamment pour que les racines collent bien à la terre. Par la suite, il faut veiller à ce que la terre ne s'assèche pas, mais éviter absolument de noyer continuellement votre pot sous la flotte : les racines vont pourrir (je confirme paulette !) et le laurier-rose ne vas pas se fortifier, développer ses racines  : il est abreuvé continuellement !





[...]Pur et vivant, ainsi que dans les jours lointains,
Ses aïeux fleurissaient aux rives du Scamandre,
Sur les bords parfumés, où, rêveuse, Cassandre
Voyait des printemps morts et des astres éteints.

Ils n’étaient pas moins beaux dans les bois de Colone,
Mêlés au lierre sombre, à l’olivier d’argent ;
Ismène, recueillie, avançait en songeant :
Lauriers verts d’où s’élance une rose colonne !

Purs et vivans, ainsi que dans les jours lointains,
Des esprits de beauté sommeillent à cette ombre,
Parmi des fleurs de pourpre et du feuillage sombre,
Esprits de poésie aux radieux matins !

Lucie-Félix Faure, le laurier-rose

Commentaires

Articles les plus consultés